Maladie de la mémoire en Bretagne : traitement et informations | Association Neuro Bretagne

Espace professionnel
Qui sommes-nous ? Nos actions

Aides et droits

Ce document, en format pdf de l'Association France Alzheimer, datant de mars 2012, apporte des informations détaillées sur :

  • Les droits et les aides
  • Les personnes malades de moins de 60 ans
  • La protection des majeurs
  • Le droit des patients
  • Le maintien à domicile
  • L'accueil en établissement
  • La fiscalité
  • La recherche

Pour chaque aide détaillée ci dessous est indiquée la fiche sociale correspondante sur ce document "fiches sociales france Alzheimer".

Résumé des principales aides

Aides financières

Affection de longue durée (ALD)

Une affection de longue durée est une maladie grave et/ou chronique comportant une thérapeurtique couteuse pour laquelle l'assurance maladie assure une prise en charge à 100 %.

La maladie d'Alzheimer et les maladies apparentées sont reconnues comme des affections de longue durée.

Fiche sociale : n°1-2

Où s'adresser : Caisse d'assurance maladie, médecin traitant

Carte d'invalidité

La carte d'invalidité est le document qui a pour but de prouver l'état de la personne handicapée.

Il est possible de bénéficier de la carte d'invalidité si votre taux d'incapacité est d'au moins 80 %, ou si vous bénéficiez d'une pension d'invalidité classée en 3e catégorie.

Les avantages liés à cette carte concernent : les déplacements, la carte européenne de stationnement, des avantages fiscaux, des abattements spéciaux.

Fiche sociale : n°1-3

Où s'adresser : Maison départementale des personnes handicapées (MDPH)

Allocation logement

La Caisse d’allocations familiales (CAF) propose deux types d’aide qui, sous conditions, peuvent participer aux frais liés au logement. Ces aides sont l’Allocation de logement (AL) et l’Aide personnalisée au logement (APL). Pour y accéder, des conditions d’habitat et des ressources doivent être remplies.

Fiche sociale : n°1-6

Où s'adresser : Caisse des allocations familiales (CAF)

Allocation personnalisée d'autonomie (APA)

L’APA est une prestation d’aide sociale départementale destinée aux personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie physique et/ou psychique et ayant besoin d’une aide extérieure pour accomplir les actes de la vie quotidienne. L’APA est attribué selon un barème national qui fixe le montant maximum des plans d’aide pour chaque niveau de dépendance. Elle peut être perçue par les personnes vivant à domicile ou hébergées en famille d’accueil ou en établissement.

Fiche sociale : n°1-7

Où s'adresser : Conseil général

Pour les patients de moins de 60 ans :

Allocation Adultes handicapés (AAH)

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et des pathologies apparentées ayant moins de 60 ans peuvent, sous réserve de remplir certaines conditions d’incapacitéet de ressources, bénéficier de l’Allocation aux adultes handicapés.

Fiche sociale : n°2-3

Où s'adresser : Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) 

Prestation de compensation de handicap (PCH)

Fiche sociale : n°2-4

Où s'adresser : Maison départementale des personnes handicapées (MDPH)

 

Aides humaines

Les services d’aide et de soin permettent d’apporter de l’aide à la personne malade dans les actes de la vie quotidienne. Ils sont assurés :

  • pour les actes de soin, par des infirmières ou des aides-soignantes
  • et pour l’accompagnement au quotidien par des aides à domicile.

Les soins à domicile

Sur prescription médicale, des infirmiers, des aides-soignants, des kinésithérapeuthes orthohonistes peuvent intervenir au domicile pour la toilette dite médicalisée, pour la prise de médicaments, pour les soins infirmiers nécessaires à la personne malade ( injections, traitement et prévention d’escarres, surveillance cardiovasculaire), ou entretien de la mobilité

Ces interventions peuvent avoir lieu plusieurs fois par semaine ou par jour, si besoin.

Ils sont assurés par :

  • les services de soin à domicile : Pour améliorer la prise en charge de la personne malade à domicile, il est possible de demander l’intervention du Service de soins à domicile (SSIAD). Ce service peut prodiguer des soins infirmiers ou d’hygiène, faciliter un retour rapide au domicile à la suite d’une hospitalisation, éviter, préparer ou retarder l’entré en éablissement. Un infirmier coordonnateur a la responsabilité de la bonne continuité des soins.
  • les infirmières libérales : Les mêmes soins peuvent être assurés par une infirmière libérale.
  • les autres soignants : Dans les mêmes conditions, d’autres types de soins peuvent êre prescrits : kinésithérapie, orthophonie..

Ces soins à domicile sont pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale.

Fiche sociale : n°5-1

Où s'adresser : médecin généraliste ou spécialiste, IDE libéral ou SSIAD.

 

Les aides à domicile

Les aides à domicile peuvent intervenir à plusieurs niveaux :

  • l’aide aux actes essentiels de la vie quotidienne comme la toilette simple, l’habillage, l’aide au repas, les déplacements à l’intérieur du domicile ;
  • la prise en charge de l’environnement comme le ménage, le lavage et le repassage, les courses ;
  • l’accompagnement dans les activités de la vie sociale comme les sorties à l’extérieur du domicile, les visites, les démarches administratives.

L’emploi d’une aide à domicile et l’Allocation personnalisée d’autonomie : L’APA prend en charge une partie des dépenses de rémunération de l’intervenant à domicile, dès lors que ces interventions font partie du plan d’aide personnalisé élaboré par l’équipe médico-sociale. Il est possible d’employer directement ou via un service mandataire ou prestataire toute personne en qualité d’aide à domicile, y compris des membres de la famille à l’exclusion du conjoint du malade.

Fiche sociale : n°5-2

Où s'adresser : CLIC pour les coordonnées des organismes agréés.

Les équipes spécialisées Alzheimer (ESA)

Les ESA sont composées de plusieurs professionnels de santé : un psychomotricien ou un ergothérapeute, des assistants de soins en gérontologie, un infirmier coordinateur.

Ces équipes sont formées à la réadaptation, à la stimulation et à l’accompagnement des personnes malades et de leur entourage.

Sur prescription médicale, ces équipes interviennent à domicile auprès des personnes à un stade léger ou modéré de la maladie, à raison de 15 séances maximum par an. Ces interventions sont prises en charge par la sécurité sociale, en plus des soins infirmiers.

Où s'adresser : Rubrique ESA

 

L’accueil de jour

Cf. aussi : rubrique lieux d'hospitalisation et d'hébergement

Les structures de jour proposent des ateliers thérapeutiques divers permettant de maintenir les acquis des personnes malades. D’autres activités comme le chant, la danse, les jeux de société, les promenades sont également proposés pour favoriser les moments de partage et de plaisir.

Aides juridiques

Le mandat de protection future

Le mandat de protection future est une création de la réforme des tutelles de la loi du 5 mars 2007 permettant à une personne majeure d’organiser elle-même la gestion future de ses biens et la protection de sa personne, pour le jour où elle ne serait plus en mesure de pourvoir seule à ses intérêts.

Il existe deux formes de mandats :

  • le mandat notarié
  • le mandat sous seing privé (c’est-à-dire simplement entre le mandant, celui qui désigne et le mandataire, celui qui est désigné)

Fiche sociale : n°3-1

Modalités : service public

La sauvegarde de justice

C’est une mesure de protection temporaire. Sa durée maximale est d’une année renouvelable une fois, soit deux ans.

Il existe deux types de sauvegarde depuis la réforme des tutelles. Il peut s’agir soit d’une mesure dans l’attente d’une mesure de tutelle ou de curatelle, en cas d’urgence de la protection de la personn, soit d’une mesure temporaire correspondant à un besoin ponctuel de protection.

Fiche sociale : n° 3-7

Modalités : service public

 

La curatelle

Il s’agit d’un régime d’assistance, n’entraînant pas d’incapacité juridique totale. Elle s’adresse à toute personne qui, sans être hors d’état d’agir elle-même, a besoin d’être assistée ou contrôlée dans les actes de la vie civile. Elle n’est prononcée que s’il est établi que la sauvegarde ne peut assurer de protection suffisante.

Fiche sociale : n° 3-8

Modalités : service public

La tutelle

Il s’agit d’un régime de protection concernant toute personne qui a besoin d’être représenté d’une manière continue dans les actes de la vie civile. Elle n’est prononcée que s’il est établi que ni la sauvegarde, ni la curatelle ne peuvent assurer de protection suffisante. Elle protège la personne même du tutélaire et pas seulement son patrimoine.

Fiche sociale : n° 3-9

Modalités : service public

La personne de confiance

La loi du 4 mars 2002 introduit la notion de personne de confiance. Il s’agit d’une mesure innovante qui permet à toute personne majeure de désigner une personne habilitée à être informée et consultée lorsque le patient se trouve hors d’état d’exprimer sa volonté et à l’accompagner durant son séjour hospitalier. Il s’agit d’une personne librement choisie par le patient dans son entourage et en qui il a toute confiance (parent, proche ou médecin traitant).

Fiche sociale : n° 4-3

Modalités : service public

Les directives anticipées

Toute personne majeure peut, si elle le souhaite, faire une déclaration écrite appelée directives anticipées pour préciser ses souhaits concernant sa fin de vie. Ce document aidera les médecins, le moment venu, à prendre leurs décisions sur les soins à donner, si la personne ne peut plus exprimer ses volontés.

Modalités : service public

 

Les actions de la plateforme Oniric
Formations Actualités Essais cliniques
Les associations Adhérer au réseau Newsletter Nous contacter

Un programme porté par l’Association Neuro Bretagne

Newsletter

Vous êtes :